Un nouveau médecin à Bénévent

 

Le Conseil Municipal a fait du dossier d’installation d’un médecin généraliste une priorité, mais que le chemin pour arriver au but fut tortueux et semé d’embûches !

 

 

21 OCTOBRE, LA CONCRETISATION.

 

Le 21 octobre, le Maire et le Conseil Municipal ont le plaisir de recevoir en mairie beaucoup de professionnels du secteur, médecins, pharmacienne, kinésithérapeute, infirmières etc. …ainsi que les élus des communes avoisinantes, pour un pot d’accueil en l’honneur du Dr Cristian BALTESIU qui avait pris officiellement ses fonctions le jour-même après son inscription au Conseil de l’Ordre des Médecins de la Creuse la veille seulement.

Né en Roumanie le 28 octobre 1965, Cristian BALTESIU a obtenu un diplôme en médecine accordée par la faculté de Pédiatrie de l’Université de médecine et de pharmacie Carol DAVILA de BUCAREST en 1991, formation complétée par l’obtention, d’un diplôme de médecin spécialiste accordé par le ministère de la Santé de Roumanie en 1996. Il arrive à Bénévent en voisin, étant précédemment installé dans le département du Cher après plusieurs expériences en milieu hospitalier en Roumanie.

 

André MAVIGNER concluait son mot d’accueil « en confiant les clés du camion » au Docteur, après avoir rappelé la course contre la montre et le parcours du combattant qu’il avait dû faire pour arriver à cette conclusion, après avoir remercié la pharmacienne Elodie BEYNAT et le Dr Pierre FANTON pour leur forte implication et leur soutien sans faille.

 

 

AVANT :

 

Le médecin partant n’a jamais fait connaître à la commune sa décision de cesser son activité et l’information est parvenue par la voie de la pharmacie. La date d’arrivée sur la ligne était néanmoins fixée : 1er octobre 2015 !

 

Et le contre la montre était lancé !

 

La 1ere rencontre avec le médecin partant laissait un espoir à travers un contact sérieux qu’il avait. Fut-il trop « gourmand » pour le faire échouer ? En tout état de cause, il ne voulut pas communiquer  les coordonnées de la personne au maire.

Ce temps perdu étant synonyme d’inquiétude, le Conseil Municipal prend la décision de faire appel à 3 cabinets de « chasseurs de tête » tout en lançant des annonces dans des revues spécialisées.

 

Plusieurs pistes se sont ouvertes, peu avec des médecins français, les seuls répondant tous au même profil : la soixantaine recherchant une commune classée ZRR (Zone de revitalisation rurale) pour lesquelles l’état exonère d’impôts sur le revenu pendant 5 années, offrant une progressivité sur 3 années supplémentaires (tout le département de la Creuse est concerné) et demandant quel effort la commune étant prête à supporter au-delà de cet avantage consenti par l’état.

Autant dire affaire perdue d’avance pour nous, tant la désertification médicale touche de territoires dont certains plus riches que la Creuse peuvent faire des propositions plus alléchantes !

Deux pistes proposées par des cabinets différents créèrent des espoirs ; celle d’un jeune médecin camerounais, dont l’épouse exerçait aussi la même profession, formés et installés en Italie. L’espoir, avant d’apprendre qu’un non européen, fut-il francophone et formé en Europe, ne pouvait pratiquer en France qu’après 3 années d’activité ! Enorme déception pour nous et pour ce jeune qui était déterminé à s’installer chez nous et dont la sœur est arrivée infirmière à la maison de retraite ! L’autre piste, d’une Italienne excusée au 1er rendez-vous mais demandeuse d’une seconde rencontre, ne fit que faire perdre du temps, le seul premier contact conduisant à une rapide rupture dans les relations.

 

Et le temps passait, les embûches s’ajoutant aux embûches pour agrémenter le parcours du combattant ! Et pour couronner le tout, le départ prématuré du médecin partant avant la date qu’il avait lui-même fixée et annoncée à ses patients, sans raisons exprimées, ajoutant aux difficultés de la course contre la montre.

 

 

L’ACHAT DE L’IMMEUBLE.

 

Pour accueillir un médecin, la 1ere condition était de disposer d’un local professionnel et d’un logement. L’idéal était évidemment l’acquisition de l’immeuble du médecin partant, qui en était vendeur.

 

Passons sur les détails ! Des embûches nouvelles se firent jour et l’intervention d’un notaire limougeaud, M° ITEN,permit de conclure enfin.

Les Communes, pour une acquisition d’une valeur supérieure à 35 000 euros, doivent solliciter l’estimation des services de l’état, ce qui fût fait, la valeur étant fixée à 136 000 €.

Elle nous parut surestimée, malgré la qualité de l’immeuble entièrement réhabilité en 2005, pour un coût total, factures à l’appui, supérieur à 210 000 €. Tous les matériaux et matériels utilisés lors des travaux sont de qualité, l’immeuble dispose de la climatisation, d’une production d’eau chaude solaire, d’une vitrine anti-effraction et répond à toutes les normes de sécurité et d’accessibilité.

La transaction fut conclue à 130 000 €, dépense importante pour la Commune qui avait eu la prudence de réserver 190 000 € à cet effet, transaction qui fut un temps contestée par le médecin partant, lequel fut plus tard pressé de vouloir faire respecter une promesse de vente qui était devenue caduque par le non-respect de sa clause suspensive qu’il avait pourtant acceptée et validée ! Et cet engagement initial aurait lié les 2 parties jusqu’au 9 octobre et n’expliquait pas l’arrêt prématuré de son activité le 23 septembre comme il l’aparfois laissé entendre !

 

 

DEMAIN

 

Le Dr BALTESIU a donc « les clés du camion ». A lui d’exercer ses compétences et de réussir dans son activité professionnelle.

Mais le Conseil Municipal a tiré les conclusions de cette situation périlleuse, a mesuré les difficultés pour installer des professionnels de santé, des médecins généralistes particulièrement.

Beaucoup sont demandeurs d’un environnement meilleur, souhaitant ne pas être seuls devant certaines situations, échanger avec des collègues, éviter des pertes de temps en prise de rendez-vous, dans la partie administrative de leur activité. La maison de santé pluri-professionnelle apporte un certain nombre de réponses à ces problématiques.

 

En conséquence, le Conseil Municipal a d’ores et déjà lancé le projet de construction de cet équipement qui pourrait rassembler médecin, kiné et infirmières et tous les professionnels intéressés qui y seraient les bienvenus. Les contacts sont établis avec l’Agence Régionale de Santé ; un programmiste a été recruté pour définir le projet en fonction des besoins ; il s’agit du cabinet ACOBA SAS, 1, Le Colombier – 79 200 Saint-Germain de Longue Chaume, représenté par Mr Steve ROUSSEAU, bien connu à Bénévent puisque c’est lui qui a défini le programme du nouvel Ehpad Pellisson-Fontanier.

 

Affaire à suivre.

Please reload

A la Une

Quelque chose en nous de POULIDOR

November 15, 2019

1/10
Please reload

Dernières actus

September 2, 2019

August 21, 2019

Please reload

Archives
Please reload

Nous contacter

Vous souhaitez des informations sur notre commune, vous avez un projet d'installation, vous n'avez pas trouvé les informations que vous recherchiez dans notre site… Utilisez le formulaire ci-dessous pour contacter le secrétariat de la mairie. Nous vous répondrons au plus vite. A bientôt.